Le Projet

La bière au cœur de l'économie circulaire

 

En plus de proposer le nécessaire pour débuter et bien démarrer en brassage amateur, coupdepression souhaite également s’investir dans l’économie locale et essayer de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Des objectifs :

Réutiliser les résiduts de fabrication de bière pour les réintroduire dans un circuit de revente local sous forme de gateaux

– Limiter le gaspillage alimentaire en réutilisant le pain non vendu ni consommé dans le cycle de création d’une bière à base de pain

 

Réutilisation des drêches

Pour 100L de bières il faut consommer plus de 30 kilos de céréales et cela génère des « déchets »

Comment valoriser ces résidus ?

Sur le même principe que la réutilisation du pain dans la bière, l’idée serait d’imaginer des recettes permettant de réutiliser également les drêches et les réintroduire dans le circuit de consommation.

Les drêches sont le résidu obtenu après le processus de maltage.

Aujourd’hui les drêches sont récupérés par des agriculteurs afin de nourrir les animaux. L’idée n’est bien entendu pas de venir perturber ce principe, mais les quantités de drêches sont généralement beaucoup plus importantes que les consommations des bovins auprès des éleveurs locaux.

Nathalie Golliet et Marie Kerouedan ont ensemble créé en 2015 Re(f)use – atelier et conseil en intelligence culinaire zéro déchets. C’est suite à un stage à la micro-brasserie La Montreuilloise que Marie et Nathalie, dans la logique de leur démarche Re(f)use, ont eu l’idée de cuisiner les déchets issus du processus de fabrication de la bière.

Une entreprise à déjà compris l’intéret de la réutilsation des drêches en lancna lors de la Paris Beer Week sa production de crackers à base de drêches pour l’apero. En lancant « Ressurection » l’interêt de l’économie circulaire prend tout son sens, Avec 300 kg de drêches, elle réalise 400 kg de délicieux crackers tout ça en 100% local et 100% bio !

La bière au pain, une bière responsable

Selon la bible, Jésus a changer l’eau en vin alors pourquoi pas le pain en bière ?

Le pain est sans doute l’un des produits les plus gaspillés… Des tonnes de pain terminent à la poubelle chaque année, faute de pouvoir être consommées. Et si la bière était un début de solution à ce gaspillage alimentaire ?

En étant à la Réunion, on se pose encore plus de questions sur la réutilisation de nos déchets. Certaines associations (nom asso) travaille déjà depuis de nombreuses années sur ce type de questions sur notre île.

Pour faire de la bière il faut de l’eau, de l’orge, du houblon et des levures pour transformer le sucre en alcool. Il faut également de l’amidon… Grâce au brassage, ce glucide se transforme en alcool et en gaz et le pain est quasi exclusivement composé d’amidon, alors que le malt en contient environ 80 %. Les enzymes du malt sont nécessaires à la fermentation. Il n’est donc pas envisageable de n’utiliser que du pain pour fabriquer de la bière. Avec 50 kgs de pain on peut produire 500 L de bières. Une bouteille de 33 cl contient donc environ l’équivalent d’une tranche et demie.

La réflexion de la bière au pain a mûri depuis quelques années grâce à l’initiative de micro brasserie et tout particulièrement grâce au Brussel Beer Project.  

En métropole, un brasseur propose cet élixir original en Haute Garonne avec L’Oustal. Adrien Claustres récupère une trentaine de kilos de pain invendu dans des boulangeries et participe ainsi l’économie circulaire. Le pain est grillé avant d’être brassé, ce qui donne une touche ambrée à la bière et une certaine saveur.

Tout en sachant que ce projet reste modeste en termes d’impacts environnementaux et économiques, Coupdepression en créant une bière au pain souhaite avant tout donner un exemple concret afin de donner de la visibilité au concept d’économie circulaire à la Réunion et de créer un effet boule de neige auprès des entreprises de la région.

Et mes bouteilles ? et mes capsules ?

Vous avez des idées de recyclage ou de réintroduction dans le circuit de consommation de matériaux amenés à être jété ou détruits ?

Contactez nous et discutons en !

Pourquoi déjà ne pas déjà réutiliser vos propres bouteilles ?